Apprentis d'Auteuil

Voici les articles classés dans la catégorie : Apprentis d'Auteuil Région Nord-Ouest | Ils ont du talent | Non classé | Pédagogie d'Apprentis d'Auteuil

Une nouvelle étape pour le LAB Nantes

Le 24 février, le LAB baisse le rideau de sa première boutique test dans le Centre Commercial Beaulieu – Nantes pour un bilan avant de nouveaux lieux d’expérimentation (dont on vous tiendra rapidement informés). Alors que les 5 entrepreneuses de la promo démarrent une période de « mentoring » ou tutorat, point d’étape avec l’une d’entre elles : Akshada.

En novembre 2017, nous vous avions présenté la promotion 2 du LAB Nantes, dispositif d’accompagnement à l’entrepreneuriat développé par Apprentis d’Auteuil pour permettre à de jeunes talents en difficulté d’insertion de lancer leur activité. Depuis, les 5 jeunes entrepreneuses ont pu bénéficier de 100h de formation sur 4 mois en stratégie, méthodologie, gestion, finance et développement commercial, le tout combiné à un test en boutique au Centre Commercial Beaulieu.

La boutique du Centre Commercial Beaulieu ferme ses portes le 24 février. Les porteuses de projets vont continuer à travailler leur plan d’action, leur autonomie, tout en assistant une fois par mois à des ateliers de formation pour consolider leur projet. Elles démarrent également un programme de « mentoring » ou tutorat reposant sur la création de binôme associant des « mentors », membres du CJD (Centre des Jeunes Dirigeants) et « mentorés », les jeunes entrepreneuses accompagnés par le LAB Nantes. Le mentor apporte un regard extérieur en aidant le jeune à se poser les bonnes questions, en l’encourageant et l’accompagnant dans les moments plus difficiles et en lui ouvrant son réseau.

Akshada, fondatrice de Bogeste, une de nos 5 entrepreneuses, témoigne.

Akshada de Bogeste et son mentor Sébastien CHADOURNE de chez Celencia

Akshada de Bogeste et son mentor Sébastien CHADOURNE de chez Celencia

Après 4 mois d’accompagnement avec le LAB, que retenez-vous ?

L’immersion dans la boutique partagée du LAB m’a beaucoup apporté. Au début c’était difficile. J’ai pu tester en direct avec des clients mes produits, ceux qui plaisent et ceux qui plaisent moins, le packaging, les quantités, les tarifs… Ça m’a aussi permis de réaliser que je ne souhaitais pas avoir de boutique à moi ensuite. J’ai pris conscience des contraintes, des charges que cela représente. Je sais maintenant que ce format ne me convient pas forcément. Je vais plutôt m’orienter vers des ventes privées, à domicile ou en entreprise, et les contacts avec les comités d’entreprise. Quant aux modules de formation, ils m’ont été très utiles, notamment le volet comptabilité, l’étude du coût de revient et la définition du prix des produits. Je n’avais pas fait de formation dans ce domaine et j’en avais besoin.

Vous démarrez maintenant le volet « mentoring / tutorat » du programme, qu’en attendez-vous ?

Quand j’ai commencé la formation, je ne voyais pas trop à quoi cela pourrait me servir. En fait, je comprends maintenant que c’est important de ne pas être seul, d’avoir un réseau, de pouvoir échanger. Avec mon mentor [Sébastien CHADOURNE, Celencia, entreprise de conseil en management d’organisation et de système d’information], je vais pouvoir partager mes préoccupations, échanger sur les difficultés que je rencontre. Il peut aussi, avec son réseau, m’aider à identifier des personnes ressources. On a prévu de pouvoir se parler ou se rencontrer au moins une fois par mois et je peux le solliciter quand j’ai des questions. Je me sens moins seule.

En conclusion ?

Le LAB est vraiment une super expérience. On vit des hauts et des bas, du stress, de la fatigue mais on est bien accompagné et on forme une équipe.

Profitez de ces derniers jours avant la fermeture de la boutique pour retrouver Akshada et nos 4 autres entrepreneuses qui développent les marques Bogeste, Clojo’s, Au Fil Du Maghreb, Wax.by.Mona et Beauty by syndie !

En nous versant votre taxe d’apprentissage: donnez un avenir aux jeunes !

Seul impôt dont les entreprises peuvent choisir l’affectation, la taxe d’apprentissage demeure une ressource vitale pour l’équipement pédagogique des collèges habilités, des lycées professionnels, des lycées horticoles et paysagers et des antennes CFA Apprentis d’Auteuil.

La taxe d’apprentissage est décisive à la formation des jeunes accompagnés par apprentis d’Auteuil car elle favorise :

  • l’acquisition et le renouvellement du matériel de formation professionnelle nécessaires,
  • le soutient des formations adaptées aux réalités des entreprises s’appuyant sur l’apprentissage de  l’autonomie, assurée grâce au couple éducation/formation,
  • l’apprentissage et l’adaptation d’un savoir-faire des apprentis tout en tenant compte des besoins sectoriels des entreprises, de l’émergence de nouveaux emplois et ses exigences.

Le versement de la taxe est essentiel au soutien de développement d’un accompagnement global dans le cadre d’un parcours personnalisé dont l’objectif est de dispenser une formation de qualité grâce à un fort taux d’encadrement, un accompagnement sur la durée et une valorisation de chaque jeune.

Notre valeur ajoutée :

En versant votre taxe d’apprentissage, en totalité ou en partie, à Apprentis d’Auteuil, fondation reconnue d’utilité publique, vous permettez également à des adolescents en grande difficulté au sein de votre région ou à travers toute la France de recevoir une éducation complète, scolaire et humaine, cultivant la persévérance, la ponctualité, l’esprit d’équipe et permettant d’acquérir un véritable savoir-être.

L’adéquation entre savoir-être et savoir-faire guide ces jeunes en manque de repères vers une vie d’adultes autonomes et responsables.

 Témoignage d’ Elise Lambert :

Taxe apprentissage« Aidée par les équipes d’Apprentis d’Auteuil, je me suis dépassée. J’ai même remporté la médaille d’or du Meilleur Apprenti de France.

Mes professeurs m’ont beaucoup encouragée et l’enseignement que j’ai reçu était génial. Ils m’ont entraînée pour le concours, appris à gérer mon stress et mon temps. Quand j’ai su que j’avais remporté la médaille d’or, j’étais très contente, car je pensais avoir raté ! Dans mon domaine, celui de

l’impression, il y a surtout des garçons, mais n’importe quel métier peut convenir aux filles, du moment qu’on y met du sien et qu’on y croit ! Il ne faut pas s’empêcher de faire ce que l’on veut. »

Elise Lambert, médaille d’or Meilleur Apprenti de France 2017 en communication et industries graphiques, catégorie impression, élève au Lycée Saint-Michel à Priziac (56).

 

Exemples d’investissements nécessaires en 2018 :

  • Table aspirante (6 000 €) pour le lycée professionnel privé Saint-Michel – Morbihan (56)
  • Matériel informatique (5 000 €) pour le lycée Sainte Jeanne d’Arc Loches – Indre-et-Loire (37)
  • Implantation d’un atelier « découverte des métiers de bouche » (50 000 €) pour le lycée professionnel privé Notre-Dame – Eure-et-Loire (28)
  • Equipements numériques pour la salle de Communication (8 000 €) pour le lycée professionnel hôtelier Daniel Brottier – Loire-Atlantique (44)

Pour souscrire  :

 

Besoin de plus d’informations ?

Vous souhaitez obtenir de plus amples informations sur la procédure de versement de la taxe, son utilisation concrète, les formations habilitées à la percevoir ?
Nous sommes à votre disposition pour vous renseigner, vous adresser toute documentation supplémentaire ou vous proposer une visite d’établissement.

N’hésitez pas à contacter :

Pour la Bretagne, la Loire-Atlantique, la Normandie et la Vendée :
Laure Chabrolle , Chargée de mécénat et partenariat
Direction régionale
7, rue du Seil
44400 Rezé
Tél : 06 65 28 79 44

laure.chabrolle@apprentis-auteuil.org

 

Pour l’Eure-et-Loir, l’Indre et Loire, la Sarthe et la Mayenne :
fLaetitia HatonLaetitia Haton, Responsable régionale mécénat et Partenariats
Direction Territoriale
58 rue du Miroir
72000 Le Mans
Tél : 07 61 79 70 48

laetitia.haton@apprentis-auteuil.org

 

#Agenda : Conférence sur le thème « Quel rôle pour les entreprises dans l’éducation? »

Apprentis d’Auteuil , en partenariat avec l’ ENC Communication et le Think Tank Vers le Haut  vous invite à une conférence sur le thème :

« Quel rôle pour les entreprises dans l’éducation? »

Le jeudi 22 février 2018 à 18h30

Au lycée hôtelier Daniel Brottier, Chemin du couvent à Bouguenais

les invités :

Marc Vannesson, délégué général du Think Tank Vers le Haut et auteur du livre  » Tous éducateurs. Et vous?  »

MarcVannesson - conférence

 

Valentin GUILLOIS, Président du Groupe The Links,
Daniel OLLIVIER, auteur du livre Générations Y et Z : le défi intergénérationnel
Table-ronde animée par Stéphane COURGEON, journaliste

Je m’inscris à l’événement

 

« Job Dating spécial éducateur »

« JOB DATING éducateur »

Vous recherchez un poste d’éducateur? Venez nous rencontrer !

 

Accueil éducatif de jour_prévention et protection - éducateurSAMEDI 17 FEVRIER 2018 de 10h à 16h

Au Château des Vaux 28240 St Maurice St Germain

 

Nous recrutons tout au long de l’année, postes à pourvoir dès maintenant.

Type de poste : CDI, CDD (notamment vacances scolaires)

Profils : Educateurs Spécialisés, Moniteurs Educateurs, Non diplômés

Permis indispensable. Logement possible sur place.

N’hésitez pas à envoyer votre candidature !

Infos pratiques :

02.37.53.70.70 – recrute.centre@apprentis-auteuil.org

Site : chateaudesvaux.apprentis-auteuil.org

Pour en savoir plus

Le Quartier Graslin fête Noël avec Apprentis d’Auteuil

 

ET

Du 18 au 24 décembre, sept restaurateurs du Quartier Graslin s’engagent auprès des jeunes de la fondation Apprentis d’Auteuil en menant des actions solidaires pour la semaine de Noël. Les dons collectés permettront de financer les actions en faveur de la lutte contre le décrochage scolaire du lycée hôtelier Daniel Brottier d’Apprentis d’Auteuil à Bouguenais.

Le 24 décembre 2016, le restaurant Charles H situé au cœur du Quartier Graslin avait reversé l’intégralité de sa recette au Lycée professionnel hôtelier Daniel Brottier à Bouguenais afin de financer l’achat de matériel pédagogique et l’accompagnement de jeunes en internat. Plus de 2100€ avaient ainsi été collectés.

Fort de cette expérience, Charles Le Gaillard, propriétaire du Charles H, a lancé un appel solidaire aux restaurateurs du quartier qui ont répondu largement présents. Cette année, ce sont donc 7 restaurants qui s’impliqueront dans une opération de collecte en faveur des jeunes accueillis à la fondation.

Ainsi, du 18 au 24 décembre, des points de collecte seront placés dans les restaurants partenaires où clients et promeneurs seront invités à venir déposer leurs dons. Le 23 décembre, des animations seront également proposées comme la vente de vin chaud Chez Franklin (10 rue Franklin) ou encore des photos avec le Père-Noël au Charles H (Place Graslin). L’intégralité des fonds collectés sera reversée au profit des actions de lutte contre le décrochage scolaire du lycée hôtelier Daniel Brottier d’Apprentis d’Auteuil à Bouguenais.

Cette opération menée sous le parrainage du Charles H, sera présentée aux autres commerçants du quartier Graslin dans l’objectif de les inviter à s’associer à cet élan de solidarité.

Affiche v4

Restaurants Partenaires de l’opération :

 

Les fonds collectés financeront les actions de lutte contre le décrochage scolaire du lycée hôtelier Daniel Brottier d’Apprentis d’Auteuil à Bouguenais.

Charles Le Gaillard, 29 ans, propriétaire du Charles H, explique comment ce projet est né de son parcours personnel et d’un souhait particulier de s’adresser aux jeunes confrontés à des difficultés :

« J’ai arrêté l’école en 4e. Etre collégien, pour moi, c’était un calvaire. Je faisais une faute à chaque mot, j’étais nul en maths, j’étais nul partout, on me disait toujours « tu ne feras rien ». J’ai commencé à travailler très jeune. Une personne m’a fait confiance et elle m’a donné cette confiance que j’avais perdue. Elle m’a fait prendre conscience que tout était possible, que j’étais très bon quand je faisais ce que j’aimais.

Je me suis construit grâce à des personnes comme elle qui m’ont fait confiance et qui m’ont poussé à toujours croire en mes idées. Ce qu’il faut apprendre avant tout, c’est essayer de savoir ce qu’on veut faire dans la vie. C’est ce qu’il y a de plus dur à comprendre. J’ai fait ce que j’avais envie de faire, ce n’est pas arrivé tout seul, mais je sais que c’est possible. Le rôle de l’entreprise c’est de donner envie, en faisant confiance, en donnant des responsabilités, en valorisant.

Apprentis d’Auteuil fait confiance à des jeunes, comme moi à l’époque on m’a fait confiance. Beaucoup des enfants qui sont accompagnés par cette fondation démarrent leur vie de façon pas juste. Je souhaite contribuer à aider des jeunes qui peuvent avoir l’impression qu’on les laisse tomber, je veux leur dire qu’il y a beaucoup de gens qui pensent à eux et qui sont là pour les aider. »

Psst : le Père Noël à un message pour vous –  Chuuut……